TIGRE ROYAL #213

 

 

Le Musée détient une impressionnante collection de véhicules, d'équipements et d'uniformes. L'élément le plus rare de cette collection est le char Tigre Royal.

Ce Tigre II portait le numéro 213. Il était assigné à la défense de la Ferme de Wérimont et fut échangé pour une bouteille de cognac aux GIs qui s'occupait de la récupération des épaves, par l'épouse de l'aubergiste local, le sauvant ainsi pour la postérité.



Quand la bataille fut perdue, Peiper abandona 135 véhicules blindés à La Gleize dont le Tigre 213 du SS-Obersturmführer Dollinger, toujours visible aujourd'hui au December 44 Museum.

Le 213 était utilisé comme char de commandement par le SS-Ober-sturmführer Helmut Dollinger au cours des derniers jours de combats de La Gleize. Il n'est pas établi si Dollinger a commencé l'attaque du 16 décembre aux commandes du 213, ou s'il se l'était approprié après que son char était tombé en panne. Le 213 aurait du être le char du chef de section SS-Unterscharführer Franz Faustmann. C'est cependant Dollinger qui était à son bord à La Gleize.

 

Le 213, un autre Tigre Royal (le 221) et un pzkw IV étaient postés à la Ferme de Wérimont, une position stratégique à la périphérie de La Gleize. Le 21 décembre, les chars américains de la Task Force McGeorge et de la Task Force Lovelady de la 3rd Armored Division ont attaqué La Gleize.



Champ de tir du 213 et du 211 avec à gauche le ferme de Wérimont.

Vers midi, Dollinger dans son 213 et le SS-Untersturmführer Georg Hantusch dans son 221 ont ouvert le feu sur une quinzaine de chars américains venant de Roanne. Sans succès. Les chars américains ont riposté et une salve a emporté le tiers du canon du char de Dollinger. Le Kingtiger de Hantusch était également gravement endommagé et les deux équipages de chars durent s'enfuir.



Blessé à la tête, Dollinger se réfugia dans la cave de la ferme Wérimont. Le 213 fut abandonné à la Ferme de Wérimont lorsque le Kampfgruppe Peiper se replia de La Gleize, à pied.



SS-Obersturmführer Helmut Dollinger.

 

Après la guerre, les Américains ont emmené vers les aciéries de Liège tout le matériel militaire abandonné. En Juillet 1945, alors que le Tigre 213 passe dans La Gleize, Madame Jenny Geenen-Dewez, épouse de l'aubergiste du coin, réussit à convaincre les Américains de le décharger, le prix: une bouteille de Cognac.

L'imposant
Tigre fut déchargé sur la place du village et ultérieurement restauré en utilisant une partie d'un canon de Panther soudée à la partie restante du canon du tigre, et un frein de bouche de Panther provenant de l'un des chars de Skorzeny laissés près de Malmedy.

 



Le 213, numéro de châssis 280 273, indiquant qu'il a été fabriqué en Octobre 1944.



Le Tigre 213 à côté du presbytère qui est aujourd'hui le musée Decembre 44.
 


Peiper a laissé 135 véhicules blindés à La Gleize, y compris le Kingtiger du SS-Oberstumrführer Wilhelm Dollinger,
(Königstiger n° 213).